Catégorie: Saviez-vous…

octobre 18th, 2017 . magzadmin
 

Le ministre Garneau souligne les prochaines mesures du gouvernement en vue d’une plus grande équité pour la classe moyenne

 
Montréal
Ministère des Finances Canada

Lorsque l’économie est à l’œuvre pour la classe moyenne, le pays est à l’œuvre pour tout le monde. Alors qu’il baisse le taux d’imposition fédéral des petites entreprises à 10 % à compter du 1er janvier 2018 et à 9 % à compter du 1er janvier 2019, le gouvernement du Canada compte s’assurer que les particuliers à revenu élevé n’utilisent pas des avantages imprévus découlant du taux d’imposition des petites entreprises pour en tirer un avantage fiscal personnel.

Le ministre des Transports, Marc Garneau, a participé aujourd’hui à une activité avec des entrepreneurs locaux à Montréal, où il a souligné le plan consistant à apporter des changements au régime fiscal qui empêcheront l’utilisation du statut de société privée sous contrôle canadien (SPCC) pour réduire les obligations fiscales des particuliers à revenu élevé alors qu’il doit servir à soutenir les petites entreprises.

Plus tôt cette semaine, le ministre des Finances, Bill Morneau, a annoncé que le gouvernement avait l’intention de simplifier la proposition visant à limiter la possibilité, pour les propriétaires de sociétés privées, de réduire leurs impôts sur le revenu des particuliers en versant une partie de leur revenu à des membres de leur famille qui ne contribuent pas aux activités de l’entreprise. La grande majorité des sociétés privées ne seront pas touchées par les mesures proposées visant la répartition du revenu. De plus, le gouvernement a annoncé aujourd’hui qu’il n’adopterait pas les mesures proposées pour restreindre l’accès à l’exonération cumulative des gains en capital.

Plus tôt aujourd’hui, le ministre Morneau a indiqué que le gouvernement entendait mettre en œuvre des mesures destinées à limiter les possibilités de report d’impôt lié aux placements passifs tout en accordant aux propriétaires d’entreprise une plus grande marge de manœuvre afin de gérer des situations personnelles comme un congé parental, un congé de maladie ou un départ à la retraite. Ces nouvelles règles cibleront certains particuliers à revenu élevé, qui profitent le plus, en vertu des règles actuelles, d’un compte d’épargne personnel, par l’intermédiaire de leur société, qui offre des avantages fiscaux illimités de loin supérieurs aux limites de cotisation à un régime de pension, à un régime enregistré d’épargne‑retraite ou à un compte d’épargne libre d’impôt prévues pour les autres Canadiens. Cette situation est injuste en soi, et le gouvernement est résolu à la corriger, dans le cadre de la réflexion qu’il mène sur les commentaires transmis par les Canadiens durant la période de consultation.

Dès le début des consultations publiques, lancées le 18 juillet dernier, les Canadiens se sont impliqués dans cette discussion importante portant sur des propositions de mesures destinées à régler la question de la planification fiscale au moyen de sociétés privées. Lors de séances de discussion ouverte et de tables rondes organisées de Vancouver à St. John’s, les ministres et les députés ont recueilli et étudié soigneusement les opinions et les points de vue de propriétaires de petites entreprises, d’agriculteurs, de pêcheurs, de professionnels et d’experts. Dans les prochains jours, le gouvernement annoncera d’autres mesures visant à assurer l’équité pour la classe moyenne, lesquelles tiendront compte de cette rétroaction.

Citation

« L’annonce d’aujourd’hui appuie notre engagement en matière d’équité fiscale et de création d’une classe moyenne forte. Nous avons promis aux Canadiens de la classe moyenne que nous baisserions leurs impôts et que nous nous assurerions que tout le monde paierait sa juste part. En baissant le taux d’imposition des petites entreprises à 9 % et en s’attaquant à la planification fiscale au moyen de sociétés privées, le gouvernement prend les prochaines mesures en vue d’une plus grande équité fiscale pour la classe moyenne. Pendant notre consultation, les propriétaires d’entreprise et les professionnels nous ont dit qu’ils avaient besoin d’une marge de manœuvre afin de gérer des situations personnelles, comme les congés parentaux, les congés de maladie et les départs à la retraite. Les changements que nous apporterons répondent précisément aux besoins exprimés par les Canadiens et ils nous aident à faire un pas de plus vers une économie qui fonctionne pour la classe moyenne, notamment les propriétaires de petites entreprises et les entrepreneurs du Canada. »

Marc Garneau, ministre des Transports

Les faits en bref

  • Les SPCC ayant déclaré des revenus passifs imposables qui se situaient au-dessus du seuil de 50 000 $ en 2015 représentaient 3 % de l’ensemble des SPCC, mais elles ont gagné plus de 88 % du revenu total imposable. La grande majorité des sociétés privées ne seront pas touchées par ces changements fiscaux.
  • Au Canada, 2 % des SPCC totalisent 80 % des revenus de placement passifs.
  • Les propriétaires de SPCC dont le revenu est supérieur à 250 000 $ totalisent plus de 80 % des revenus de placement passifs.
  • Un nombre croissant de Canadiens – souvent des particuliers à revenu élevé – utilisent les sociétés privées de manière à réduire leur impôt sur le revenu des particuliers. Dans certains cas, un particulier qui gagne 300 000 $ par année et qui a un époux et deux enfants adultes peut recourir à une société privée afin de réaliser des économies d’impôt qui représentent environ ce que le Canadien moyen gagne en une année.
  • On estime que seules 50 000 entreprises privées familiales répartissent leur revenu. Ce nombre ne représente qu’une légère fraction – environ 3 % – des SPCC.
  • Toutes les sociétés, dont les SPCC, bénéficient d’un taux d’imposition général combiné du revenu des sociétés qui est de 12 points de pourcentage inférieur à celui du partenaire commercial le plus important du Canada, soit les États-Unis.
  • Le gouvernement entend apporter un soutien additionnel aux petites entreprises canadiennes en réduisant de nouveau le taux d’imposition des petites entreprises pour le faire passer à 9 %.
  • Avec l’adoption de ces mesures, le taux d’imposition fédéral, provincial et territorial combiné pour les petites entreprises au Canada passerait de 14,4 % à 12,9 %; soit le taux le plus faible du G7 – et de loin – et le quatrième plus faible parmi les pays de l’Organisation de coopération et de développement économiques. Les petites entreprises pourraient ainsi conserver davantage de leurs gains pour les réinvestir, ce qui favoriserait leur essor et la création d’emplois.
  • Au cours des consultations, le ministère des Finances du Canada a reçu plus de 21 000 propositions écrites.
  • Le gouvernement arrêtera ses mesures en respectant les principes suivants.
    • Soutenir les petites entreprises et leur apport aux communautés et à l’économie du pays.
    • Maintenir un faible taux d’imposition pour les petites entreprises, et appuyer leurs propriétaires afin qu’ils investissent activement pour développer leur entreprise, qu’ils créent des emplois, qu’ils renforcent l’entrepreneuriat et qu’ils stimulent la croissance de notre économie.
    • Éviter d’alourdir inutilement les formalités administratives que les propriétaires de petites entreprises qui travaillent fort doivent accomplir.
    • Reconnaître l’importance de préserver les exploitations agricoles familiales, et collaborer avec les Canadiens afin de s’assurer de ne pas nuire aux transferts d’entreprises agricoles familiales à la prochaine génération.
    • Réaliser une analyse comparative entre les sexes sur les propositions définitives, afin que tout changement apporté au régime fiscal favorise l’équité entre les hommes et les femmes.

Liens connexes

.Saviez-vous…

octobre 13th, 2017 . magzadmin

L’entrepreneuriat féminin en progression continue

 

 

La dernière étude de GEM (Global Entrepreneurship Monitor) montre que depuis 2014 la création d’entreprises par des femmes est en progression de 10%, ce qui réduit l’écart avec les hommes de 5%. D’autre part, les femmes européennes sont de plus en plus confiantes dans leur capacité à créer une entreprise.


La création d’entreprise par des femmes est globalement en progression. Au cours des dernières années, dans les 74 pays étudiés à travers le monde, ce sont près de 163 millions de femmes qui ont créé une entreprise tandis que 111 millions de femmes dirigeaient des entreprises déjà constituées.  Ces données sont issues du nouveau rapport 2016/2017 de GEM.

« Ce constat illustre non seulement l’importance des femmes entrepreneurs dans le monde, mais met également en évidence leur contribution à la croissance et au bien-être social », explique Donna Kelley, professeur au Babson College et co-auteur du rapport. « Les femmes entrepreneurs apportent un revenu à leurs familles, elles génèrent des emplois dans leurs communautés et créent des produits et des services dont bénéficie la société dans son ensemble. »

Par rapport à l’édition précédente qui date de 2015, parmi les 63 pays étudiés sur 74, GEM note que le taux d’activité entrepreneuriale (TEA) des femmes a progressé de 10% tandis que l’écart hommes/femmes quant à lui s’est réduit de 5%. Par ailleurs, pour une même zone géographique, le pourcentage de femmes contrôlant une société déjà constituée s’est accru de 8%.

En Europe, la part des femmes entrepreneurs reste faible mais la perception des opportunités progresse
Le taux d’activité entrepreneuriale varie de manière significative d’un pays à l’autre. Le rapport de GEM segmente les économies en cinq groupes en fonction de leur niveau de développement (sur la base de critères définis par le World Economic Forum) et six zones géographiques : Pacifique-Asie du Sud-Asie du Sud Est ; Europe et Asie Centrale ; Amérique latine et Caraïbes ; Moyen Orient et Afrique du Nord ; Amérique du Nord ; Afrique sub-saharienne.

Le TEA féminin s’échelonne de 3% en Allemagne, en Jordanie, en Italie et en France à 37% au Sénégal. Dans cinq économies de 2 zones géographiques (Indonésie, Philippines et Vietnam en Asie du Sud ; Mexique et Brésil en Amérique latine) la proportion de femmes entrepreneurs est même supérieure ou égale à celle des hommes.

Malgré un TEA féminin faible, l’Europe se distingue par un pourcentage de femmes entrepreneurs diplômées supérieur à celui des hommes (avec une moyenne de 22%). Alors que les femmes sont moins susceptibles de créer une entreprise en Europe que dans des économies moins développées, on note une augmentation de l’ordre de 10% du nombre de femmes européennes estimant qu’il existe aujourd’hui de réelles opportunités de créer une entreprise.

10% de l’ensemble des femmes interviewées sont des travailleurs indépendants qui n’ont aucun projet de recrutement dans les 5 prochaines années. C’est en Europe qu’on rencontre la part la plus importante de femmes travaillant seules qui n’ont aucune intention de créer des emplois.

Des enseignements utiles aux politiques d’aides à la création d’entreprise par des femmes
Le rapport GEM, dont c’est la 18ième édition, s’est imposé au fil des années comme l’étude globale de l’entrepreneuriat faisant autorité dans le monde. D’ailleurs, « cette étude apporte des enseignements pour orienter les futures recherches et les décisions politiques ainsi que les mesures d’accompagnement qui visent à soutenir l’entrepreneuriat féminin », précise le directeur exécutif de GEM Mike Herrington.

Les données de l’étude mettent en évidence des tendances lourdes et plusieurs paradoxes.  En effet, « au fur et à mesure que s’élèvent le développement économique et le niveau d’éducation, le taux de création d’entreprise diminue chez les femmes et l’écart avec les hommes s’accroît. Par ailleurs, si le taux de défaillances d’entreprises tend globalement à diminuer avec le développement économique, les femmes entrepreneurs sont plus nombreuses que les hommes à rencontrer des difficultés dans les trois premiers stades du développement. Inversement, le taux d’échec des femmes créateurs d’entreprises est seulement de 10% dans les économies développées, soit un tiers de moins que celui des hommes », analyse Mike Herrington.

Elément à prendre à compte par les dirigeants politiques, plus de 20% des femmes entrepreneurs indiquent « la nécessité » comme leur motivation première à la création d’entreprise. C’est particulièrement le cas dans les pays les moins développés. Point positif, les femmes sont plus concernées que les hommes, à hauteur de 5%, par l’innovation.

« Bien qu’il n’y ait pas de réponse toute faite dans le rapport, les données qu’il contient permettent de dessiner les contours de l’aide qu’il faudrait apporter à l’entrepreneuriat féminin afin de favoriser la création de valeurs sociales et économiques dans le monde »commente Mike Herrington qui ajoute que « par bien des aspects, il y a plus de différences que de points communs entre les femmes entrepreneurs dans le monde. Ces différences s’expriment en termes démographiques, culturels et de types d’entreprises créées ». « En conséquence, conclut-il, les mesures d’aide à la création d’entreprise par des femmes doivent être adaptées à chaque situation locale plutôt qu’être définies globalement quel que soit l’environnement. »

Le rapport en quelques chiffres en Europe et en Amérique du nord :

  • Aux Pays-Bas, la moitié des femmes entrepreneurs travaillent seules, soit 2.5 fois plus que les hommes.
  • L’Amérique du Nord montre les taux d’éducation les plus élevés chez les femmes entrepreneurs, avec 84% ayant obtenu un diplôme d’études postsecondaires ou supérieures.
  • L’Europe se démarque pour avoir des femmes plus instruites que les hommes entrepreneurs : 22% de plus, en moyenne.
  • Malgré la forte visibilité des entrepreneurs dans la culture américaine, seulement 27% des femmes américaines disent connaître un entrepreneur. Un pourcentage similaire est signalé en Europe.
  • L’Europe a le plus haut taux de femmes ayant une entreprise où elles travaillent seules, alors que l’Amérique du Nord, a le taux le plus faible.
  • C’est l’Amérique du Nord qui détient le plus haut niveau d’innovation avec 38% des femmes qui déclarent avoir des produits et des services innovants dans leur entreprise.
  • 60% de l’activité entrepreneuriale des femmes se situent dans le secteur du commerce du gros et du détail.
  • Environ 5% des femmes en Amérique du Nord, en Amérique latine, en région MENA et en Asie ont personnellement fourni des fonds aux entrepreneurs. Tandis que seulement 3,5% des femmes sont des investisseurs en Europe.

    Pour télécharger le rapport : Rapport Women’s Entrepreneurship report 2016/2017

A propos du GEM (Global Entrepreneurship Monitor)
Le GEM (Global Entrepreneurship Monitor) est une joint-venture créée en 1999 par le Babson College et la London Business School. Il s’est progressivement imposé comme l’observatoire global de l’entrepreneuriat dans le monde grâce à la collaboration d’un consortium d’équipes nationales de chercheurs universitaires dans différents pays. Chaque équipe nationale réalise une étude sur un échantillon d’au moins 2.000 adultes en âge de travailler (de 18 à 64 ans). L’étude qui ne couvrait que 10 pays développés en 1999 s’est étendue à plus de 100 pays sur 18 années. Le rapport du GEM est unique parce que, à l’inverse d’autres études consacrées uniquement aux entreprises nouvelles, il étudie le comportement des individus au regard de la création d’entreprises et du management dans leur ensemble.
Rapport : Ce rapport est publié avec le concours du Babson College, du Smith College, de la Korea Entreprenership Foundation, du Technologico de Monterrey, de l’Univeritad Del Desarrollo et de l’Universiti Tun Abdul Razak.
Parmi les auteurs qui ont participé au rapport : Donna Kelley professeur au Babson College, Benjamin S. Baumer professeur adjoint au Smith College, Candida Bush vice-doyen en charge du programme Global Entrepreneurial Leadership du Babson College, Patricia Greene professeur au Babson College, Mahnaz Madavi professeur au Smith College, Madhi Majbouri professeur adjoint, Marcia Cole directeur adjoint des projets spéciaux au GEM, Monica Dean directeur administratif du Centre pour l’Innovation et la Création d’Entreprise Jill Conway, René Heavlow directeur de programme au Conway Center.

.Saviez-vous…

octobre 7th, 2017 . magzadmin

Les entrepreneurs plus âgés : une force inexploitée pour la stabilité économique à l’échelle mondiale

Les entrepreneurs de plus de 50 ans offrent des opportunités en or pour les économies affaiblies par le vieillissement de la population, selon un nouveau rapport du « Global Entrepreneurship Monitor».

Selon un nouveau rapport du « Global Entrepreneurship Monitor» (GEM), le nombre d’adultes plus âgés travaillant à leur propre compte dépasse celui des jeunes adultes, ce qui suggère que les plus de 50 ans ont encore un rôle significatif à jouer sur le marché du travail dans le monde entier.

Ce rapport spécial de GEM à propos de l’entrepreneuriat des seniors sorti aujourd’hui s’appuie sur des données collectées entre 2009 et 2016 dans 104 pays. L’échantillon comprend 1 540 397 adultes de 18 à 80 ans issus de cinq régions du monde : L’Afrique subsaharienne (AS), le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord (MOAN), l’Asie du Sud-est (ASE), l’Amérique latine et les caraïbes (ALC) et les pays de cultures européennes (PCE) dont le Canada fait partie.

« Le succès entrepreneurial et la prospérité n’ont pas de limite d’âge », a déclaré Mike Herrington, directeur général du GEM. « Alors que la perception traditionnelle de l’entrepreneuriat est celle d’une activité portée par des jeunes, les données nous montrent qu’à bien des égards, les personnes âgées sont une force entrepreneuriale importante. Mais une force négligée et sous-utilisée. »

Forte majorité d’entrepreneurs seniors dans le monde
Selon le rapport, 18% des adultes entre 50 et 64 ans et 13% de ceux entre 65 et 80 ans sont des travailleurs autonomes, alors qu’ils ne sont que 11% chez les adultes âgés de 18 à 29 ans. 18% des entrepreneurs entre 30 et 49 ans sont des travailleurs autonomes. Pourtant les programmes et les soutiens à l’entrepreneuriat sont le plus souvent mis en place à l’attention des jeunes. Le rapport suggère qu’un soutien spécialisé dédié aux entrepreneurs plus âgés pourrait mener à une plus grande stabilité économique, surtout dans les économies où les entrepreneurs seniors sont sous-représentés.

Moins d’entrepreneurs seniors en Europe
A l’échelle régionale, l’entrepreneuriat senior (entre 50 et 64) en termes d’entrepreneuriat d’intention (défini par le pourcentage de la population adulte se préparant à ouvrir une entreprise dans les 3 prochaines années) et l’activité entrepreneuriale à ses débuts (défini par ceux qui ont ouvert une entreprise depuis moins de 42 mois) sont les plus élevés en l’Afrique Subsaharienne (35%/19%), en Amérique latine (27%/14%), et en MOAN (23%/7%). Le taux le plus bas est détenu par les pays de cultures européennes (6%/4%).

Seulement 14% des seniors en Asie du Sud-est déclarent avoir des intentions entrepreneuriales et 9% sont engagés dans une jeune entreprise.

Ces chiffres sont conformes aux conclusions de GEM selon lesquelles l’activité entrepreneuriale est typiquement plus élevée dans les économies les plus pauvres où les entreprises nécessitent souvent moins de compétence et moins de fonds pour débuter.

Entrepreneurs seniors = stabilité économique
Selon Thomas Schøtt, professeur en entrepreneuriat à l’Université du Danemark du Sud et auteur principal du rapport, les entrepreneurs seniors apportent de nombreux bénéfices économiques, sociaux et environnementaux, si bien que le rapport les prénomme les « Dividendes dorés ». Ces entrepreneurs seniors soulagent aussi l’État des pressions qu’exerce sur lui une population vieillissante et la création d’emplois.

« Chaque travailleur autonome senior est moins susceptible d’être un fardeau financier pour la société en restant actif, en contribuant ainsi à l’économie en payant des taxes. De plus, les entrepreneurs seniors emploient plus souvent dans leur entreprise plus de cinq personnes à la différence de leurs homologues plus jeunes. Ainsi, ils ne créent pas seulement des emplois pour eux-mêmes, mais aussi pour les autres », explique le professeur Schøtt.

Les bénéfices économiques supplémentaires proviennent du fait que les seniors qui investissent de façon informelle, investissent beaucoup plus d’argent par rapport aux adultes plus jeunes. Près des deux tiers (63%) des business angels plus âgés investissent plus que la médiane de l’ensemble des investissements. De plus, les entrepreneurs seniors à travers toutes les phases de l’activité de l’entreprise sont plus heureux dans leur vie privée et leur emploi comparés aux salariés âgés. Cela se traduit par une meilleure santé et moins de demandes aux services sociaux.

Le professeur Schøtt considère que ces conclusions ont une importance particulière toute particulière pour les économies touchées par le vieillissement de la population.

« Avec approximativement 16% de la population mondiale âgée de plus de 55 ans, l’activité entrepreneuriale aux âges plus avancés touche directement 1,2 milliard de personnes, » explique-t-il.
« Le monde commence à prendre conscience que les entrepreneurs seniors, dotés d’une grande expérience de vie et de travail, d’importants réseaux et d’une volonté à rester productifs sont une immense ressource inexploitée. Il est temps que nous arrêtions de penser à cette tranche démographique comme un poids et que nous la reconnaissions plutôt comme un atout et que nous travaillions à faire tomber les barrières pour libérer le potentiel de cette force. Il est impératif pour les gouvernements de créer une structure innovante et inter-institutions pour rassembler les ressources, catalyser la pensée stratégique, prioriser une nouvelle politique et créer des recherches concrètes pour faire progresser ce mouvement», conclut-il.

Conclusions additionnelles du rapport spécial du GEM sur l’entrepreneuriat

  • Les individus plus âgés ont moins confiance en leur capacité à partir pour diriger une entreprise, mais ils sont plus aptes à prendre des risques.
  • Les adultes plus âgés sont légèrement plus souvent des entrepreneurs sociaux que les trois autres groupes d’âge. Cela suggère que ces individus prennent leur retraite de salarié ou d’entrepreneur, mais peuvent continuer à entreprendre avec un objectif plus social ou communautaire en tête. Il s’agit d’une conclusion intéressante puisque l’entrepreneuriat social est plus souvent associé à la jeunesse, plus idéaliste par nature.
  • Le genre a une influence sur le comportement des seniors. Les intentions entrepreneuriales sont les moins élevées parmi les femmes, comparées aux trois autres groupes d’âge, on trouve moins de sept femmes désirant partir une entreprise pour dix hommes dans cette catégorie d’âge.  Les individus plus âgés ont le plus grand écart homme-femme en termes d’activité entrepreneuriale à ses débuts, avec seulement six femmes engagées dans des start-ups pour dix hommes dans ce groupe d’âge.

Un exemple d’entrepreneur canadien

George Rhodey
Executive Vice President at Rhodey & Associates Inc.

George Rhodey , diplômé  de University of Waterloo en chimie Ingénierie, a travaillé dans le secteur des produits chimiques, des engrais, ses explosifs mais aussi dans l’industrie du pétrole au Canada et dans le monde entier se partageant entre la Chine, le Vietnam, l’Équateur ou encore la Colombie. Il est licencié en 1991 à l’âge de 48 ans. Il ne voit pas cela comme une fatalité mais comme une opportunité de réaliser toutes les idées accumulées au fil des années : « je voulais créer un monde meilleur pour mes petits-enfants », explique-t-il.

Depuis, il a mis en place de nombreux projets dans le secteur du pétrole :  un projet technologique qui réduit la viscosité du bitume pour lui permettre de circuler dans les canalisations sans addition de diluant ou un autre projet qui se concentre sur la production de « coke » de pétrole et la récupération de traces de métaux précieux à partir des sables bitumineux. Ainsi, La même technologie peut être utilisée sur le charbon et les asphaltènes pour produire des produits environnementaux et économiques pour la production d’électricité. Depuis, il possède huit brevets dans le monde entier qui permettent à toute usine de raffinerie et de condensat de fonctionner à un taux de rendement nettement plus élevé.

La force majeure de George Rhodey est sa capacité à prendre une idée d’une industrie pour l’appliquer avec succès à une autre industrie totalement différente. « En tant que personne âgée, j’ai accumulé une expérience significative dans de nombreux domaines différents, ce qui me permet de localiser de nouveaux domaines pour l’application des technologies existantes », constate-t-il. Son projet de cavitation est un bon exemple, où il a pris une technologie développée à l’origine pour une utilisation militaire (torpilles) et l’a appliquée à l’industrie pétrolière. Une autre de ses forces est d’aborder les problèmes du point de vue des entreprises, plutôt que de simplement regarder l’axe technologique. Par exemple, pour estimer les coûts d’exploitation et d’exploitation, il inclut l’ingénierie initiale. « D’une façon générale, j’ai une vision beaucoup plus large que les jeunes », considère-t-il.

Même si évidemment certaines personnes pensent qu’il devrait prendre sa retraite, il constate que globalement ses connaissances, son expérience, ainsi que sa perception et sa vison large des problématiques sont toujours appréciées.

Ses conseils pour les futurs entrepreneurs potentiels : « Ne vous concentrez pas seulement sur une chose, mais maintenez plusieurs activités en même temps. Restez actif dans l’industrie et rejoignez autant de clubs que possible pour vous bâtir un solide réseau de contacts. En tant qu’entrepreneurs seniors, n’hésitez pas à provoquer des occasions de conseiller les autres. Et enfin, n’oubliez pas de rester éthique et humble », conclut-il.

.Saviez-vous…

septembre 13th, 2017 . magzadmin

Rouen : la pollution de l’air

 Comme de nombreuses autres villes en France, Rouen a connu cet hiver d’importants pics de pollution. En décembre notamment, un anticyclone s’étant installé sur le pays, de nombreuses villes se sont retrouvées plongées dans un épais brouillard de pollution. Par un phénomène météorologique, la pollution était piégée au sol et l’atmosphère était trop stable pour la disperser.  Jérôme Le Govic nous a expliqué que la pollution de l’air est due à une quantité trop importante de particules fines et de dioxyde d’azote dans l’air. Les principaux responsables sont les transports, l’agriculture et les cheminées à foyer ouvert.

 

 

Si la combustion du bois comme moyen de chauffage est un fort polluant, pourquoi la biomasse est-elle plébiscité comme une énergie renouvelable ? Le bois-énergie, pour peu que les forêts soient gérées de manière durable, est une énergie renouvelable, neutre en carbone. Le problème réside dans les particules émises lorsque le bois brûle : différentes substances polluantes sont libérées dans l’atmosphère ainsi que des particules fines qui diminuent fortement la qualité de l’air, tout en chauffant relativement peu. En Île de France, ⅕ de la pollution provient des chauffages à bois individuels.

Les émissions dépendent du rendement de l’appareil et de la qualité de la combustion : si le bois n’est pas suffisamment sec ou présente des traces de vernis, peinture etc, la combustion sera plus polluante. Plus les modes de chauffage sont anciens, plus ils ont tendance à polluer. Par conséquent, il ne faut pas blâmer tous les modes de chauffage à bois. Les pouvoirs publics ont ainsi tenté de promouvoir le développement des équipements modernes. En 2000, l’Adame a créé un label “flamme verte” pour guider les consommateurs vers des appareils performants sur le plan énergétique et environnemental.

 

Rouen souffre d’autant plus de la pollution que sa situation de cuvette ne permet pas à l’air de chasser les particules polluantes. Pourtant, contrairement à d’autres grandes villes, aucune mesure de circulation alternée ou de mise en place de vignette n’a été prise.  Un plan de protection de l’atmosphère lancé par la DREAL sert de cadre à la Métropole qui tente d’apporter des actions concrètes pour améliorer la situation et revenir en conformité avec les normes européennes. Une expérimentation des transports gratuits lors de ces pics a été menée mais les résultats sont peu convaincants : les rouennais n’ont pas vraiment plus utilisé les transports, ce qui s’explique selon Jérôme Le Govic par une mauvaise communication et un manque de pédagogie. La circulation alternée est elle, en cours d’étude.

Il s’agit d’un enjeu majeur pour le territoire, à la fois sanitaireéconomique et social. En effet, la pollution aux particules fines serait responsable de 9% de la mortalité totale en Normandie (soit 2600 décès par an).

www.fournisseur-energie.com

.Saviez-vous…

août 5th, 2017 . magzadmin

La SMCQ souligne la contribution exceptionnelle
du compositeur Gilles Tremblay

Photo

Montréal, le 29 juillet 2017– C’est avec beaucoup de tristesse que nous apprenons le décès du compositeur, pianiste, ondiste et pédagogue Gilles Tremblay, ce jeudi soir à l’âge de 85 ans.

Directeur artistique de la Société de musique contemporaine du Québec (SMCQ) de 1986 à 1988, dont il a été également membre du conseil d’administration et président, Gilles Tremblay est sans contredit l’une des grandes figures de la musique contemporaine au Québec. Au nom de la SMCQ, le directeur artistique Walter Boudreau offre ses plus sincères condoléances à sa famille, notamment sa conjointe, Jacqueline et ses amis.

« La musique de Gilles Tremblay « sent »  le fleuve! (St-Laurent…). Amoureux de tout ce qui vit et respire, des grands espaces, de l’eau, du feu, du ciel et de la terre, Gilles Tremblay nous propose pas moins que l’extase et le dépassement de soi. Son œuvre musicale atteint des sommets de pureté, d’expressivité et d’inventivité au travers un profond respect de la tradition. Gilles était un grand humaniste, de la trempe d’un Fernand Dumont, d’un Gaston Miron ou d’un Pierre Perrault. C’est un pan entier de l’histoire du Québec et de la musique qui part avec lui. », précise avec admiration Walter Boudreau, ancien élève du compositeur.

Rappelons qu’en 2009-2010, la SMCQ proposait partout au pays, dans le cadre de sa série Hommage, une soixantaine d’activités, dont 50 concerts, présentant les oeuvres de Gilles Tremblay.

Compositeur reconnu internationalement, Gilles Tremblay s’est démarqué par une démarche personnelle empreinte de spiritualité. Véritable magicien des sons, sa musique est une célébration de la beauté et du mystère de la nature et de la fraternité universelle.  Parmi la quarantaine d’oeuvres qu’il signe, mentionnons Souffles (Champs II) (1968),…le sifflement des vents porteurs de l’amour (1971), Fleuves (1976)Triojubilus (1985),  Les Vêpres de la Vierge(1985-1986), Avec – Wampum Symphonique (1992, pour le 350e de Montréal), L’Arbre de Borobudur (1994), Les Pierres crieront (1998), À quelle heure commence le temps (1999) et L’eau qui danse, la pomme qui chante, et

 L’oiseau qui dit la vérité.  (2004-2007). Sa « Sonorisation du Pavillon du Québec » à l’Expo 67 à partir de sons naturels enregistrés partout au Québec lui a valu le Prix de musique Calixa-Lavallée en 1968. Artiste engagé dans sa communauté, Gilles Tremblay a reçu également le Prix Denise Pelletier (1991),  le Prix Serge-Garant (1997) et le Prix Opus-hommage (2002).

Né à Arvida (Saguenay) en 1932, Gilles Tremblay a fait ses études aux conservatoires de musique du Québec et de Paris. Il y a bénéficié de l’enseignement de Claude Champagne, Jean Papineau-Couture, Isabelle Delorme, Jean Vallerand, Germaine Malépart et d’Olivier Messiaen. Son

séjour en Europe lui permettra également d’assister aux cours d’été de Darmstadt et de faire la connaissance de piliers de la musique du 20e siècle, dont Pierre Boulez, Karlheinz Stockhausen, Iannis Xenakis et Pierre Schaeffer. Compagnon d’armes des Serge Garant, Otto Joachim, Pierre Mercure et François Morel, il était un pédagogue exceptionnel qui a formé plusieurs générations de compositeurs tels Claude Vivier, Michel Gonneville, Yves Daoust, Isabelle Panneton, Serge Provost, Jean Lesage, Estelle Lemire ou Kiya Tabassian.

Tout en étant éminemment de son temps, Gilles Tremblay a marqué profondément la musique contemporaine en amalgamant dans un tout cohérent la tradition et la modernité.

À propos de la SMCQ
Fondée en 1966 à l’initiative du ministère des Affaires culturelles, la SMCQ a été la première institution du pays à se consacrer à la diffusion de la musique contemporaine. Honorant d’abord son mandat par la présentation d’une série annuelle de quelques concerts, elle a connu au fil des ans un développement remarquable en mettant sur pieds plusieurs volets d’activités, notamment pour les jeunes. Prenant à cœur sa position de doyenne en son genre, elle a su démontrer sa capacité à chapeauter des événements récurrents qui impliquent des partenariats aussi nombreux que diversifiés. Son rôle fédérateur et structurant en fait aujourd’hui un acteur marquant du milieu culturel canadien.

Biographie : http://www.smcq.qc.ca/smcq/fr/artistes/t/tremblay_gi/
Série Hommage à Gilles Tremblay http://www.smcq.qc.ca/smcq/fr/hommage/2009/

– 30 –

.Saviez-vous…

avril 11th, 2017 . magzadmin

LA TRANSPARENCE DE VENGEANCE

par René Villemure
La vengeance est une justice sauvage
– Francis Bacon

Transparence, transparence, tous veulent de latransparence…

Dans un monde où la confiance semble s’être mise aux abonnés absents, tous désirentde la transparence, croyant, souvent à raison, que NE RIEN CACHER empêche les malversations ou les mensonges.

Certes, ne rien cacher empêche ou rend plus difficiles certaines malversations mais, osons cesquestions:

*
– La transparence est-elle la solutionsystématique à tous les problèmes éthiques?
*
– De quelle transparence parle-t-on?

Poussons l’examen encore plus loin et allonsau-delà des idées reçues : la transparence n’a-t-elle que des avantages? La transparence peut-elle êtrenon-éthique? Y a-t-il des effets pervers à la transparence?

Comme les questions précédentes le laissentparaître, tout n’est pas nécessairement limpide au royaume de la transparence.

Avant de procéder, rappelons quela transparence est l’action de _laisser passer la lumière_, elle est une des _manières de faire_ destinéesà empêcher la manipulation ou le mensonge et, en conséquence, favoriser la confiance.  Dans cette forme, la transparence doitêtre comprise comme étant un Bien, un des outils de l’éthique dont la finalité est la confiance.

Mais,comme c’est le cas pour tous les outils, la transparence peut aussi être utilisée à mauvais escient, elle peut mêmeêtre utilisée à des fins contraires à celles de sa finalité naturelle, voire devenir un outil de manipulation encréant non pas de la confiance mais plutôt l’illusion de celle-ci.

TOUT NE PEUT êTRE MONTRéEN MêME TEMPS

Même s’il est toujours question de lumière, la différence est importante entreLAISSER PASSER LA LUMIèRE  et DIRIGER LA LUMIèRE AILLEURS AFIN DE DEMEURER SOI-MêME DANSL’OMBRE. Cette seconde option ne servant qu’à nuire tout en servant l’intérêt personnel du projecteurde la lumière.

Comme c’est le cas pour tous les outils, la transparence a son CôTéLUMINEUX qui vise à rendre justice et son CôTé SOMBRE qui vise à manipuler afind’empêcher de rendre justice; démontrant ainsi que l’on peut donc se servir d’un bon outil à de mauvaisesfins.

De nos jours, et c’est malheureux, les exemples sont nombreux où la transparence ne sert que de leurrestratégique destiné à pallier une faiblesse argumentaire. On n’invoque la transparence que lorsqu’elle nous sert oulorsqu’elle peut faire du tort à l’autre partie. « Si j’ai tort, je tenterai tout de même dedémontrer que l’autre n’a pas raison »..

Pour que la transparence puisse atteindre sa finalitéréelle et qu’elle ne soit pas qu’une illusion de confiance, il faut cesser de s’en servir à des finsnon-éthiques ou à des fins de vengeance dont les bénéfices sont strictement personnels.

Si faire lalumière est un bien, attaquer son adversaire à coup de lumière est une faute.

La vengeance n’a jamais été garante de l’éthique.

.Saviez-vous…

mars 6th, 2017 . magzadmin

Capture112La Capitale-Nationale : une région aux multiples attraits

Seule province francophone au Canada, Québec représente bien la société distincte. Elle se démarque définitivement du reste du Canada!

DSCF0025-01Située au cœur de cette province, à peine à une quinzaine de minutes du centre-ville de Québec, la municipalité de Lac-Beauport est un vrai petit coin de paradis où la villégiature est reine!

Ce havre de paix est définitivement un lieu où il fait bon vivre!

Vous êtes à la recherche d’un environnement privilégié qui vous permettra de profiter à la fois de la tranquillité de la campagne et de la proximité de la ville? Vous l’avez trouvé!

271203-c- 020-aVotre demeure sera nichée au cœur des montagnes et entourée par les arbres, les lacs et les rivières. L’idéal pour les amoureux de la nature!

Vous avez toujours rêvé d’avoir un grand terrain? Vous l’aurez! Lac-Beauport vous offre tout simplement un milieu de vie exceptionnel!

b (2)C’est l’endroit parfait pour s’adonner aux activités sportives et de plein air en famille ou entre amis. Profitez du meilleur des quatre saisons en découvrant les sentiers de randonnée pédestre et le centre de ski alpin Le Relais.

Capture111Découvrez la Ville de Québec

Si vous déménagez à Lac-Beauport, vous aurez accès à tous les attraits de la Ville de Québec. Voici donc un petit tour d’horizon sur la Capitale-Nationale.

Le moins qu’on puisse dire, c’est que le Vieux-Québec est un incontournable autant pour les amoureux qui souhaitent découvrir de bons restos que pour les passionnés d’architecture ou les fouineurs en quête de petites boutiques.

Si vous préférez les centres commerciaux plus traditionnels, vous apprécierez sans aucun doute les Galeries de la Capitale et Laurier Québec.

Saviez-vous que Québec est la seule ville fortifiée au nord de Mexico et qu’elle a été classée au patrimoine mondial de l’Unesco? Elle offre assurément une vie culturelle qui vaut le détour.

Source: www.canadavoyage.fr-

Source: www.canadavoyage.fr-

Les gens se déplacent de partout afin d’assister au Festival d’été de Québec et au Carnaval de Québec. Les fortifications, les musées, le Parc de la Chute-Montmorency, la rue du trésor et ses artistes, les calèches du Vieux-Québec ainsi que les parcs et jardins feront de Québec un endroit que vous vous plairez à visiter. La Ville de Québec est un endroit idéal pour se divertir et travailler.

La Capitale-Nationale vous réserve aussi bien d’autres surprises. Outre la Ville de Québec, elle comprend l’Île d’Orléans et les MRC de Charlevoix, Charlevoix-Est, Portneuf, La Côte-de-Beaupré et La Jacques-Cartier. Lac-Beauport fait d’ailleurs partie de cette dernière.

La Ville de Québec possède un charme européen qui plaît à tout coup.

Alors, qu’attendez-vous pour découvrir la Capitale-Nationale, la Ville de Québec et la municipalité de Lac-Beauport?

Découvrez cette maison riveraine à vendre au Lac Beauport

.Saviez-vous…

décembre 27th, 2016 . magzadmin

Montréal, le 19 décembre 2016. – L’année record du Marathon et Demi-Marathon Oasis Rock’n’Roll de Montréal, avec plus de 35 000 inscriptions en 2016, a bénéficié à l’économie montréalaise à hauteur de 15,2 millions de dollars, selon le Rapport sur les retombées économiques 2016 de Rock’n’Roll. Cette contribution représente une augmentation de 32% comparativement à l’an dernier.

 

L’étude sur les retombées économiques du Marathon est réalisée chaque année depuis qu’il a joint la Série des marathons Rock’n’Roll en 2013 afin d’évaluer la contribution de cet événement sportif à l’économie montréalaise.

En plus des retombées économiques de 15,2 M$, l’étude réalisée auprès de 3 211 coureurs participants après l’événement du 25 septembre 2016 fait état d’une augmentation de 11 % du nombre de visiteurs de l’extérieur de Montréal et d’une hausse de 46 % du nombres de chambres-nuits en hôtel. La dernière édition de l’événement a ainsi amené 28 548 personnes à visiter Montréal à l’occasion du Marathon et à passer 7 474 chambres-nuits dans les hôtels de la métropole.

 

« Nous sommes fiers de la contribution du Marathon Oasis Rock’n’Roll à l’économie montréalaise et de la croissance soutenue des retombées économiques de cet événement sportif de classe mondiale depuis quatre ans. Nous entendons avoir un impact encore plus important en 2017 avec la tenue des courses sur deux jours », a déclaré Dominique Arsenault, porte-parole de l’événement.

 

Une augmentation des retombées à prévoir en 2017

 

Avec la tenue de l’événement sur deux jours à partir de 2017, les retombées économiques pourraient augmenter de 15 à 20 % dès la première année, à l’instar des autres villes où la Série des marathons Rock’n’Roll a implanté les courses sur deux jours. L’augmentation des retombées économiques pourrait atteindre 40 % au cours des années subséquentes.

 

Grâce à ce nouveau format d’événement, les coureurs pourront relever de nouveaux défis, comme le Défi Remix, qui offre aux coureurs la possibilité de récolter trois médailles en courant deux distances au cours du week-end.

 

« Nous sommes heureux de contribuer à l’effervescence de la ville à l’occasion des célébrations de son 375e anniversaire en offrant le Marathon Oasis Rock’n’Roll sur deux jours et bien d’autres surprises à Montréal en 2017 », a ajouté Mme Arsenault.

 

Le Rapport sur les retombées économiques 2016 est disponible au lien suivant : http://www.runrocknroll.com/montreal/news/2016/12/rapport-retombees-economiques-de-2016/

 

Pour obtenir plus d’information sur le Marathon et Demi-Marathon Oasis Rock’n’Roll de Montréal 2017 ou pour vous inscrire, visitez runrocknroll.com/montreal.

À propos du Marathon Oasis Rockn’Roll de Montréal

En 2016, le Marathon Oasis Rock‘n’Roll de Montréal présentait la 26e édition du Marathon à Montréal. Organisée par le Festival de la santé, de concert avec Competitor Canada, la course fait partie de la Série des marathons Rock‘n’Roll, la plus grande série de courses à pied au monde avec plus de 500 000 participants chaque année. Dès 1988, avec l’objectif de mieux lier le plaisir et la course, la série a transformé la culture de la course en intégrant à ses événements des spectacles et une multitude d’activités misant sur l’esprit festif à la fois pour les coureurs et les spectateurs. Ses marathons et demi-marathons, organisés aujourd’hui dans plus de 30 villes, attirent des visiteurs du monde entier. Depuis la création de la série, les événements ont permis à l’ensemble de ses partenaires de recueillir plus de 300 M$ qui ont été remis à des œuvres caritatives.

.

capture-800x212

.

—    30 —

 

.Saviez-vous…

août 28th, 2016 . magzadmin

Male psychologist making notes during psychological therapy

.

 » Un psychologue pour votre mieux-être | CLINIQUES DE SERVICES EN PSYCHOLOGIE Trois-Rivières, Sherbrooke et Québec – Répertoire Certifié ClientCible »

Tout ce qui engendre une souffrance ou qui vous tient à cœur constituent de bonnes raisons pour consulter un psychologue.

L’être humain est un être d’émotions. Celles-ci sont à la base de notre niveau de bien-être et de satisfaction, en plus d’influencer le choix des comportements que nous adoptons au quotidien. Nos émotions, tantôt agréables, tantôt désagréables, peuvent parfois devenir difficiles à gérer. Si vous avez de la difficulté à supporter une situation ou un état d’esprit, que vous vous sentez anxieux ou déprimé, que vous ne vous sentez pas en pleine possession de vos moyens, que vous croyez avoir un trouble du déficit de l’attention (TDA/H), n’hésitez pas à nous contacter. Toutes les raisons sont bonnes pour vouloir rencontrer un psychologue. Plus vous tardez avant d’agir, plus le problème risque de se complexifier et sera, par conséquent, difficile à surmonter. Les psychologues des CLINIQUES DE SERVICES EN PSYCHOLOGIE à Trois-Rivières, Sherbrooke et Québec, peuvent vous accompagner dans le but de mettre de l’ordre dans vos idées et votre vie. Notre secrétaire se fera un plaisir de vous diriger vers le bon professionnel. Ce dernier vous aidera à cheminer vers l’atteinte de votre plein potentiel.

.Saviez-vous…

juillet 21st, 2016 . magzadmin

UN LIVRE MAGNIFIQUE SUR LA MOTO, FACILEMENT L’UN DES PLUS BEAUX AU MONDE, ET UN SUJET DE DISCUSSION FASCINANT.

Le Guide de la Moto est LA référence dans le monde de la moto. Pour sa 22e édition, le best-seller propose pour la première fois la combinaison de deux années-modèles et se veut donc un Guide 2016-17. À l’intérieur de ses 464 pages débordantes de nouveautés, on trouve de spectaculaires bolides réservés aux experts, d’accessibles montures destinées aux nombreux nouveaux adeptes, les toutes dernières motos à tendance Café Racer et Scrambler, d’incroyables prototypes et bien plus! Au total, l’ouvrage compte près de 500 modèles, 800 captivantes photos ainsi qu’une foule d’informations recueillies par son auteur aux quatre coins du globe. Unique au monde, Le Guide de la Moto est souvent considéré comme un livre de table tellement sa qualité et sa présentation sont soignées.

À PROPOS DE L’AUTEUR
Bien connu des adeptes de motos, Bertrand Gahel parcourt le monde depuis plus de 20 ans afin dévaluer tous les types possibles et imaginables de montures. Amateur de motos, bien  entendu, l’homme est également passionné par l’idée de guider sans filtre les futurs acheteurs vers le bon choix. C’est d’ailleurs aussi sans filtre qu’il répond à toutes les questions en entrevue. De l’aspect dangereux souvent associé à la moto jusqu’au côté social du motocyclisme en passant par les toutes dernières tendances, tous les sujets sont ouverts aux médias.

Prix : 39,95 $ – ISBN : 978-2-9815908-0-0

.

Mosaique

.Saviez-vous…

Translate »