Catégorie: Exposition

octobre 18th, 2017 . magzadmin
« L’ESPACE INTÉRIEUR »

Exposition Hommage  &  Lancement d’un livre d’art

Réjeanne LIZOTTE (1947-2014)  & Richard FOISY
 
 
L’espace contemporain galerie d’art, situé au 5175, av. Papineau, Montréal (coin Laurier) présentera du 17 au 29 octobre 2017, « L’espace intérieur – Réjeanne Lizotte ». Une exposition hommage à l’artiste Réjeanne LIZOTTE ainsi que le lancement officiel du livre de l’auteur Richard FOISY. Le vernissage et le lancement aura lieu le jeudi 19 octobre de 18h @ 20h. Vous y êtes cordialement invités. (Entrée gratuite) Le public aura accès à la galerie aux heures suivantes : mardi et mercredi de 12h à 18h, jeudi et vendredi de 12h à 20h, samedi et dimanche de 12h à 17h.
 
 
L’exposition « L’ESPACE INTÉRIEUR »
 
Trois ans déjà que l’artiste Réjeanne Lizotte nous a quitté. Cependant, elle est toujours bien présente dans le coeur de ceux qui la connaissaient et de ceux qui possèdent une oeuvre de sa création. Cet événement a été prémédité par deux amis de toujours, Odette Hamel et Richard Foisy, qui ont su depuis son départ, organiser et présenter des expositions pour laisser perdurer sa présence artistique. C’est également avec la collaboration de sa soeur Nicole Lizotte, qui possède les ayants droit de toute la production de l’artiste et qui a donné le mandat à l’auteur Richard Foisy de concevoir un livre. Une responsabilité d’un héritage colossale et une volonté incontestable de diffuser et de transmettre ce patrimoine artistique.
 
Pour ce faire, voici donc l’exposition « L’espace intérieur » qui nous propose une rencontre avec l’artiste Réjeanne Lizotte à travers un corpus d’oeuvres qui nous amène à comprendre l’espace pictural d’une réflexion, de son langage visuel animé par la trace du mouvement qu’inspirait le rythme de la vie qui l’entourait.  Avec plus de deux cent cinquante oeuvres, de tous les formats, dont la période s’échelonne de 1986 à 2014, peintures, dessins, aquarelles, gravures nous parlent d’ambiances, de structures, de lieux qui témoignent de l’impression de l’artiste. Un hommage à la mémoire où l’essence d’un parcours nous est livrée, l’intime scénario de la vie de nomade ressentie de ces espaces habités par de chaleureuses rencontres. Un événement qui permettra de partager encore une fois un beau moment avec sa complicité d’antan.
 
Et en parallèle à cette exposition, le lancement du livre « Réjeanne Lizotte – L’espace intérieur » de l’historien d’art Richard Foisy. Entre le livre d’art et le catalogue raisonné, ce livre nous propose un éloquent travail de recherche sur la vie de l’artiste et de son oeuvre. C’est à travers des anecdotes, des correspondances, des réflexions et leur chemin, leur inspiration que l’auteur évoque la justesse de ce que l’artiste en témoignait. Une double possibilité de nous imprégner de la trace laissée par une vie artistique. Un autre moyen de nous communiquer ce petit quelque chose, presque indéfinissable qu’apporte la réunion entre deux univers.
 
 
L’artiste Réjeanne LIZOTTE (1947-2014)
 
Native de Roberval, artiste établie qui a poursuivi son cheminement artistique dans la ville de Québec. Détentrice d’un baccalauréat en Arts visuels de l’Université Laval en 1981 avec d’autres formations artistiques comme le vitrail, la calligraphie, la collagraphie et le vidéo. Membre du Conseil de la Culture de Québec, du RAAV et d’Engramme, elle s’impliquait et contribuait à donner de son temps et de son expertise. Elle a participé à une centaine d’expositions personnelles et collectives, les amateurs d’art ont acquis de ses œuvres un peu partout à travers le monde et plusieurs articles de presse ont salué son travail.
 
Réjeanne LIZOTTE était globe-trotter qui aimait s’imprégner des atmosphères urbaines en s’installant temporairement dans les grandes villes. Elle décrivait ainsi le mouvement et le rythme dans ses peintures, dans la solitude et le silence avec cette pulsion de nomade, elle a parcouru l’Europe, l’Asie et l’Amérique. Ainsi guider pour créer, d’après ce qu’elle percevait ou ressentait, elle a laissé sa trace, tout doucement, dans divers projets culturels, ateliers ou résidences d’artiste, autant au Canada qu’en Europe. Réjeanne Lizotte épiait l’animation des lieux au travers la structure des villes avec ses aires de circulation, ses ronds-points, la vie effrénée, le chaos, la musique, en contraste quelquefois avec l’ambiance d’un café, un spectacle de jazz, un passant étranger, le périple du quotidien, et même l’itinérant. Elle laissait s’inscrire tous ces moments de vie accumulés à ses compositions lyriques: les traces, les empreintes, l’instantanéité, la mobilité, l’accident. Une canalisation du rythme des gens qui vivent, une redéfinition de cette énergie intérieure propre à chacun. C’est à travers toute cette relation avec l’autre qu’elle transposait sur toile une organisation formelle d’une liberté incontestable.
 
– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –
 
L’auteur  Richard FOISY
 
Chercheur indépendant en littérature et en histoire de l’art, Richard FOISY est depuis 1998, directeur du Centre de recherche sur l’atelier de l’Arche et son époque 1900-1925, qui couvre le premier tiers du XXe siècle à Montréal. Il a fait paraître divers ouvrages dont la biographie du poète populaire Jean Narrache (Émile Coderre 1893-1970), Un poète et son double (Prix Jean-Étier-Blais 2016), il a publié Maurice Le Bel (1898-1963) : du territoire à l’abstraction (2013) ainsi que L’Arche, un atelier d’artistes dans le Vieux-Montréal (VLB éditeur, 2009). Collaborateur de diverses publications collectives, dont Marc-Aurèle Fortin : L’expérience de la couleur (Musée national des beaux-Art du Québec, 2011), il est lauréat du prix de la Société des Dix (2015) pour son apport à l’histoire du Québec et de l’Amérique française.  Il prépare un recueil de nouvelles et un roman.
 
 
Le livre « Réjeanne Lizotte – L’espace intérieur »
 
Peintre d’abstraction lyrique, Réjeanne Lizotte (1947-2014) a laissé une oeuvre peinte, dessinée et gravée qui s’étend sur une quarantaine d’années. Fascinée par le rythme, qu’il soit visuel, sonore ou émotionnel, elle en a fait son principal sujet d’étude, allant des biorythmes aux rythmes de la nature, mais s’attardant sur tout aux rythmes du jazz et à ceux des grandes villes qui forment le corpus principal de sa production. Nomade, elle a scandé sa vie en « enjambées d’océan » pour aller voir ailleurs si elle y était et si les autres y sont, que ce soit au Pérou ou au Japon, à Paris ou à New York, comme à Toronto et Vancouver. Désireuse de « témoigné de sa vie », elle a conçu son oeuvre comme un « journal de bord » C’est dans cet espace intérieur que vous êtes conviés.
 
-30-

.Exposition

octobre 3rd, 2017 . magzadmin
« COMBINAISONS  SPATIALES »  
L’espace contemporain de Montréal présente Yvon GUÉRIN
 
L’espace contemporain galerie d’art, 5175, av. Papineau (coin Laurier) présentera du 3 au 8 octobre 2017, « Combinaisons spatiales », une exposition individuelle de Yvon GUÉRIN. Le vernissage aura lieu, le mercredi 4 octobre de 5 @ 7. Vous y êtes cordialement invités. (Entrée gratuite) Le public aura accès à la galerie aux heures suivantes : mardi et mercredi de 12 h à 18 h, jeudi et vendredi de 12 h à 20 h, samedi et dimanche de 12 h à 17 h.
 
L’EXPOSITION  « Combinaisons spatiales »
L’artiste Yvon Guérin nous plonge dans son univers particulier pour nous faire découvrir sa démarche artistique à travers la mise en scène d’objets hétéroclites. Il nous ouvre les portes de son esprit mutin et caustique, à la manière d’un scientifique fou, pour nous faire voir des fragments d’événements précis, des moments de vie, des témoins de souvenir rassemblé dans un amalgame de textures et de matériaux. Peut-être pour exorciser ou contextualiser ses propos, il convertit tous ces objets dans des mises en scène aux effets ésotériques ou chamaniques, nous confiant différentes pistes de compréhension sans pour autant nous donner les réponses.
 
L’exposition « Combinaisons spatiales » nous propose une suite d’oeuvres, tel un cabinet de curiosités, qui nous font pénétrer plus profondément dans des espaces quelques fois très personnels. Yvon Guérin nous ramène dans une esthétique se situant entre le Ready-Made et l’Arte Povera, ayant comme processus de création de rendre signifiants des objets insignifiants. L’artiste intègre ainsi sa pensée à la matière pour traduire un événement, une émotion personnelle, un état d’âme prenant des propositions conceptuelles d’un théâtre d’accumulation d’une existence humaine. L’être humain dans sa fragile équation entre l’intérieur et l’extérieur.
 
L’ARTISTE –  Yvon GUÉRIN
Artiste né à St-Félicien au lac St-Jean à la périphérie de la rivière Ashuapmushuan. Artiste multidisciplinaire avec des études classiques et un Bac en histoire de l’art. « …Moi, moi, déprimé dans l’alchimie, l’ésotérisme, déprimé dans le sufisme, des corps aussi musclés que terrestres, célestes, gravitaires, pataphysique, le destin, la nécessité, les nombres premiers et les lumières vues comme des ombres … Je comprends que l’art est ma perte et ma dernière joie, après avoir écrit, baisé, peint, jeté, traduit l’invisible, intérieur, les rêves de Jacob, et l’échelle de la sagesse ».
 
 
-30-

.Exposition

septembre 23rd, 2017 . magzadmin

 

LES CHEVAUX

LUCIE THIBODEAU expose à L’espace contemporain galerie d’art

 

 

Québec, le 12 septembre 2017 – L’espace contemporain galerie d’art du 313, rue Saint-Jean,  présentera du 26 septembre au 1er octobre 2017, LES CHEVAUX, une exposition qui présentera des oeuvres de LUCIE TIBODEAU. Le vernissage aura lieu vendredi 29 SEPTEMBRE de 17h à 19h. Vous y êtes cordialement invités.

 

Lucie Thibodeau est une artiste autodidacte qui exprime sa passion pour les chevaux à travers ses toiles.  Elle crée ses œuvres à partir de photos qui l’inspirent et puise dans son vécu pour transmettre la beauté et l’émotion qui transpirent de ces animaux magnifiques. Dans la dernière année, elle a peint une quinzaine de toiles à l’acrylique parfois combiné à d’autres médiums. Elle ajoute de la texture pour animer la toile et accentuer le mouvement ou les traits caractéristiques de ses sujets. Selon l’ambiance ou l’émotion à transmettre, elle adapte le style en naviguant entre l’abstrait et le réaliste.

 

Pour Lucie Thibodeau les arts et les chevaux l’ont toujours fortement attirée. Cet animal d’une grande beauté l’a toujours fascinée, ce qui l’amène à les peindre. Son vécu avec les chevaux lui a permis de mieux les connaitre en observant les comportements qui expriment leurs émotions.  Le cheval est aussi un maitre des émotions, un véritable baromètre.  Ainsi, elle adhère à la croyance suivante :  avec un taux vibratoire (intensité énergétique) deux fois plus élevé que chez l’homme, il n’est pas surprenant que le cheval possède un grand potentiel thérapeutique.

 

Lucie Thibodeau est née à Rimouski en 1965.  Elle apprivoise les arts, influencée par sa mère, en explorant différentes formes et styles.  En 1995, elle s’enracine en Gaspésie où, inspirée par la mer et les montagnes, elle commence à peindre avec l’huile.  Par la suite, en s’adonnant à la peinture sur bois, elle découvre l’acrylique.  Elle vit avec des chevaux pendant plusieurs années, ce qui aura une influence déterminante sur son cheminement artistique.  En 2015, elle est de retour à Québec et la peinture prend de plus en plus de place.  S’inspirant de son vécu avec les chevaux, son thème privilégié, elle espère transmettre au public toute la beauté et l’émotion qui transpirent de ces êtres forts mais si sensibles.

 

Les chevaux est la troisième exposition solo de l’artiste et sa première en galerie. Lucie Thibodeau est membre de la Société artistique et culturelle de Québec.

 

 

– 30 –

.Exposition

septembre 17th, 2017 . magzadmin
« DE GRAND-MÉTIS À KEY WEST » contemplation de l’eau
L’espace contemporain de Montréal présente Françoise CLOUTIER
 
L’espace contemporain, Galerie d’art de Montréal, située au 5175, av. Papineau (coin Laurier), présentera du 12 au 24 septembre 2017, « De Grand-Métis à Key West – Contemplation de l’eau ». Une exposition solo de l’artiste aquarelliste Françoise CLOUTIER. Le vernissage aura lieu, samedi 16 septembre de 14h à 16h. Vous y êtes cordialement invités. (Entrée gratuite) Le public aura accès à la galerie aux heures suivantes : mardi et mercredi de 12h à 18h, jeudi et vendredi de 12h à 20h, samedi et dimanche de 12h à 17h.
 
 
L’EXPOSITION  « DE GRAND-MÉTIS À KEY WEST » Contemplation de l’eau
 
L’artiste Françoise CLOUTIER nous fait découvrir le monde de l’aquarelle d’une manière très sensible et spontanée. Ainsi, tout simplement, l’artiste nous ouvre les portes de son atelier pour nous faire entrevoir les grands espaces maritimes à travers ses séances de contemplation. Une vue et une réflexion sur cette énergie de l’eau qui fait écho au geste artistique, exploitant les scènes changeantes amenées au gré des marées.
 
L’exposition « De Grand-Métis à Key West – Contemplation de l’eau » nous propose une suite d’oeuvres représentant des temps d’arrêt sur des lieux où le fleuve devient mer. En scrutant l’horizon, l’artiste nous traduit en aquarelle ses moments au large et la chaleur des couchers de soleil. On y saisit les formes et les lignes, quelquefois en perspective aérienne, permettant d’énoncer le point de vue unique sur l’immensité et l’écoulement des flots.
 
 
L’ARTISTE – Françoise CLOUTIER
 
Diplômée d’histoire de l’art, Françoise Cloutier s’est intéressée à la peinture abstraite au Québec des années ’50,  elle a œuvré au service d’éducation du Musée d’art contemporain. Son mémoire de maîtrise, rédigé sous la direction de François-Marc Gagnon, sur la Structure de l’espace pictural dans l’œuvre parisienne de Paul-Émile Borduas l’amène à étudier l’exploitation de la lumière et de l’espace.
 
Depuis 2009, elle participe à des ateliers de création artistique, au Musée des Beaux-arts de Montréal, au Cummings Art Centre, à la galerie Kaf’Art, au Centre culturel de Cartierville et à l’Atelier circulaire. Elle produit des tableaux entre la figuration et l’abstraction avec une fascination pour la ligne d’horizon, cette ligne qui a inspiré une première aquarelle et qui depuis enclenche tout son processus créateur.
 
-30-

.Exposition

août 14th, 2017 . magzadmin

« Regard sur mon univers »

L’espace contemporain de Montréal présente Francine Calestagne (KELLERSTIEN)

Et l’artiste invitée : Karine MALENFANT

 
L’espace contemporain galerie d’art, 5175, av. Papineau (coin Laurier) présentera du 15 au 20 août 2017, « REGARD SUR MON UNIVERS ». Une exposition de Francine Calestagne (Kellerstein) et de l’artiste invitée Karine MALENFANT. Le vernissage aura lieu, jeudi 17 août de 18h à 20h. Vous y êtes cordialement invités. (Entrée gratuite) Le public aura accès à la galerie aux heures suivantes : mardi et mercredi de 12 h à 18 h, jeudi et vendredi de 12 h à 20 h, samedi et dimanche de 12 h à 17 h.
 
 
L’EXPOSITION « Regard sur mon univers »
 
L’artiste Kellerstein nous plonge tout simplement dans l’intimité de son quotidien. C’est à travers le concept de la peinture classique du réalisme qu’elle nous fait découvrir son travail par des temps d’arrêt sur des petits moments de vie et le plaisir de peindre.
 
L’exposition « Regard sur mon univers » nous propose donc une suite d’oeuvres qui se veulent des petites anecdotes qui s’inspirent de son entourage familial, de lieux de voyage ou de souvenirs représentés de la vie quotidienne. Libre par son regard réaliste et sans prétention, des fleurs, des milieux de vie, des moments présents laissent apparaître des scènes de toutes sortes, guidées par les couleurs que dessine la réflexion d’un monde idéal.
 
S’ajoute tout doucement, en arrière-plan, les aquarelles de l’artiste invitée Karine MALENFANT. Une série d’oeuvres qui se veulent une expression personnelle de jeux de couleur afin d’émerveiller en s’attribuant au regard spirituel.
 
L’ARTISTE –  Francine CALESTAGNE (KELLERSTEIN)
 
Je peins depuis les années 80. Je possède différentes reconnaissances artistiques reçues et appréciations en dessin, composition et peinture. Après une recherche approfondie des techniques des grands maîtres et des impressionnistes, je tente maintenant de m’approprier l’âme de mes sujets préférés, dont les paysages, et l’animalier. La peinture figurative, même avec son effet réaliste permet aussi d’y intégrer une touche de spiritualité et fantastique.
 
J’utilise différents médiums comme l’huile, l’acrylique, le fusain et l’aquarelle. J’ai fait plusieurs expositions autant régionales qu’internationales, en exposant à Rome au Vatican, en Belgique, en Espagne et en Suisse.
 

.Exposition

août 12th, 2017 . magzadmin

DUO

DEUX artistes exposent à L’espace contemporain galerie d’art

 

Québec, le 27 juillet 2017 – L’espace contemporain galerie d’art du 313, rue Saint-Jean,  présentera du 15 au 20 août 2017, DUO, une exposition qui présentera des oeuvres de VÉRONIQUE DUMAS peintre et LUC NADEAU graveur . Le vernissage aura lieu mardi le 15 août de 17h à 19h. Vous y êtes cordialement invités.

 

Véronique Dumas

Il est d’une évidence que pour Véronique Dumas la couleur joue une place de choix dans les compositions de ses peintures. Dans ses oeuvres on y reconnait toujours un élément figuratif lequel est toujours positionné dans un environnement abstrait. Ces figures sont entremêlées avec leur environnement par des lignes verticales et des lignes horizontales structurant celles-ci, les situant dans l’espace. Chaque tableau prend vie sans croquis préalable. L’artiste commence toujours par une couleur qui l’inspire sans savoir où cela la mènera. Pour Véronique Dumas l’acte de création a toujours fait partie de sa vie que ce soit comme artiste peintre, designer ou joaillière.

 

Véronique Dumas est bachelière en arts visuels de l’Université Laval depuis 1989. Des études en design d’intérieur ont suivi et cette deuxième formation a été complétée en 1996. La présente exposition est en quelque sorte pour l’artiste un retour sur le marché de l’art puisque dans le passé on retrouvait ses oeuvres dans les galeries d’art Beauchamp et Beauchamp ainsi qu’à la galerie d’art Royale.

 

Luc Nadeau

Formé à l’Atelier de Recherches Graphiques de Montréal, Luc Nadeau graveur et maître-imprimeur a travaillé avec de nombreux graveurs réputés dont Kittie Bruneau, Louis-Pierre Bougie et Richard Lacroix. Au cours des années il a développé un style unique à portée sociale.

 

Sa production la plus récente allie culture populaire et un grand sens de l’humour dans le choix des sujets et des compositions. Très souvent Nadeau nous présente des animaux fétiches aux prises avec la complexité des relations interpersonnelles. Dans d’autres images, il s’interroge sur des réalités politiques, géographiques et écologiques d’actualité.

 

Né à Montréal, il a habité à Baie Saint-Paul une quinzaine d’année. Il réside et travaille maintenant à Grondines dans le comté de Portneuf.

 

 

– 30 –

.Exposition

août 12th, 2017 . magzadmin

Nature-elle

Une première exposition solo pour l’artiste MICHÈLE CASTONGUAY

 

Québec, le 13 juillet 2017 – L’espace contemporain galerie d’art du 313, rue Saint-Jean,  présentera dans « Le petit espace » du 16 août au 2 septembre 2017, les oeuvres de MICHÈLE CASTONGUAY dans le cadre de l’exposition Nature-elle. Il y aura vernissage en présence de l’artiste jeudi le 24 août de 17h à 19h.

Michèle Castonguay, par sa pratique artistique, tente inlassablement à sortir des lignes que le dessin figuratif exige. C’est ce qu’elle essaie d’appliquer dans ses nouveaux tableaux. Depuis quelques temps elle a découvert en elle une liberté qui n’avait jamais osé paraitre artistiquement auparavant.  Cette liberté nouvelle s’exprime en gestuelles, en couleurs et textures. C’est ce qui l’a amenée à l’art abstrait. La nature et l’humain inspirent sa créativité et ses états d’âme qu’elle désire démontrer dans ses oeuvres spontanées. Elle affectionne particulièrement l’utilisation d’encres acrylique et d’acrylique sur empâtements ce qui laisse libre cour à l’imagination de la personne qui regarde l’oeuvre.

 

Née dans les années 50, Michèle Castonguay a grandi à Saint-Félicien au Lac Saint-Jean. Elle dessine et joue avec la couleur depuis sa tendre enfance. Elle est attirée par les arts en général ce qui influence son parcours de jeunesse.

Elle arrive à Québec à l’âge de 17 ans où elle suivra une multitude de cours de danse classique et de jazz jusqu’à la fin de la vingtaine.  Dans les années qui suivront elle sera captivée  par des cours et des ateliers  de dessin, d’aquarelle, d’acrylique et autres médiums. Encore aujourd’hui elle aime se perfectionner auprès d’autres artistes par différentes formations. Le Moulin des Arts, Les Ateliers Imagine et la Maison Blanchette ont fait partie de ses écoles préférées.

Depuis 2016, le public a pu la découvrir dans certains symposiums. Elle compte près d’une dizaine de participations à diverses expositions collectives. Nature-elle est la toute première exposition individuelle de l’artiste.

 

 

Michèle Castonguay est membre de la Société artistique et culturelle de Québec.

Pour plus de renseignements sur MICHÈLE CASTONGUAY vous pouvez consulter son site internet :

http://www.lespacecontemporain.com/galerie-de-quebec/artiste/Michele-CASTONGUAY

– 30 –

.Exposition

août 1st, 2017 . magzadmin

NOURRIR LE QUARTIER, NOURRIR LA VILLE

Montréal, le 22 avril 2017.- Faites votre marché et retracez près de 200 ans d’alimentation à Montréal! Explorez les lieux qui ont marqué la vie de quartier, comme les marchés publics, les petites épiceries et les premières chaînes d’alimentation. Suivez l’évolution des produits à différentes époques. Voyez aussi la naissance de l’industrie de la transformation alimentaire qui se développe en réponse à un besoin simple : celui de nourrir le quartier et de nourrir la ville. C’est l’occasion de réfléchir aux enjeux contemporains et de constater les initiatives citoyennes mises en place dans la ville du 21e siècle.

À l’occasion du 375anniversaire de Montréal, l’exposition Nourrir le quartier, nourrir la ville est présentée du 18 mai 2017 au 4 février 2018, à l’Écomusée du fier monde.

 

<b>Épicerie Chapdelaine & frères, rue Fullum près de la rue Ontario, vers 1920.</b> Edgar Gariepy, Collection Félix Barrière, BAnQ Vieux-Montréal, Bibliothèque et Archives nationales du Québec Conception graphique : Coquelicot design
Épicerie Chapdelaine & frères, rues Fullum et Ontario, vers 1920.
Edgar Gariepy, Collection Félix Barrière, BAnQ Vieux-Montréal, Bibliothèque et Archives nationales du Québec / Conception graphique : Coquelicot design

Faire son marché

« Faire son marché » est une expression ancienne qui est encore utilisée aujourd’hui. Elle date d’une époque où les produits frais sont vendus dans les marchés, alors que les produits de base et les aliments transformés sont disponibles sur les tablettes des épiciers. Au fil du temps, les épiceries indépendantes se multiplient et proposent une gamme plus étendue de produits à leur clientèle.

Dès les années 1920, des compétiteurs apparaissent avec l’arrivée des chaînes comme Dominion Stores ou Steinberg. Le supermarché prend forme et propose une expérience avantageuse dans un lieu où les consommateurs trouvent de tout au même endroit. Toute une série de photographies anciennes vous transportent au cœur de ces lieux animés.

De nombreuses usines de transformation alimentaire s’établissent avec l’industrialisation. Mentionnons Molson, Viau, la Ferme Saint-Laurent, ou encore Laura Secord et Pain moderne canadien. Contenants, outils ou objets promotionnels rappellent des produits d’autrefois.

Des images permettent également de constater les infrastructures nécessaires au transport ou à la conservation des aliments, comme l’immense entrepôt frigorifique du Vieux-Port. Située au cœur de plusieurs voies navigables et principal carrefour ferroviaire du pays, Montréal est une véritable plaque tournante des échanges dans la seconde moitié du 19e siècle. C’est aussi l’occasion de découvrir le rôle de l’importateur-grossiste, un acteur au cœur d’un réseau international. Enfin, plus récemment, diverses initiatives voient le jour : cuisines collectives, jardins et serre communautaires, marché ambulant…

 

L’exposition s’appuie sur une recherche du Laboratoire d’histoire et de patrimoine de Montréal dirigée par Joanne Burgess, et réalisée en collaboration avec l’Écomusée du fier monde. Ce projet s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du Plan culturel numérique du Québec. Il a bénéficié du soutien financier de l’Entente sur le développement culturel de Montréal intervenue entre la Ville de Montréal et le gouvernement du Québec, ainsi que du soutien du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec.

 

Musée d’histoire et musée citoyen
Musée d’histoire et musée citoyen, l’Écomusée du fier monde vous invite à explorer des volets méconnus de la culture montréalaise. Découvrez la vie quotidienne en milieu ouvrier et suivez le parcours inspirant de groupes citoyens. Visitez les expositions de l’Écomusée et l’ancien bain public Généreux, un magnifique exemple de l’architecture des années 1920.

 

Écomusée du fier monde
2050, rue Amherst
Angle Ontario
Métro Berri-UQAM

Horaire
Mercredi : 11 h à 20 h
Jeudi/vendredi : 9 h 30 à 16 h
Samedi/dimanche : 10 h 30 à 17 h
Juillet et août, jeudi/vendredi : 9 h 30 à 17 h

Tarifs
Adulte : 8 $
Étudiant/aîné/enfant plus de 6 ans : 6 $
Famille (2 adultes, 3 enfants) : 16 $

Renseignements : 514 528-8444 | ecomusee.qc.ca

– 30 –

.Exposition

août 1st, 2017 . magzadmin

T E R R I T O I R E S

DEUX artistes exposent à L’espace contemporain galerie d’art

 

 

 

Québec – L’espace contemporain galerie d’art du 313, rue Saint-Jean,  présentera du 1er au 13 août 2017, S’éloigner pour se rapprocher de soi-même, une exposition qui présentera en duo des oeuvres des artistes  CATHERINE MORNEAU et MARLÈNE OUELLET. Le vernissage aura lieu jeudi 3 août 17h à 19h. Vous y êtes cordialement invités.

 

C’est à travers la passion pour la peinture que le lien s’est développé  entre ces deux artistes qui ont choisi de s’unir pour présenter leurs plus récentes œuvres. C’est d’ailleurs elles qui accueilleront les visiteurs tout au long de l’exposition puisque le galeriste sera en vacances.

 

Catherine Morneau

 

Animée par le développement des personnes, les réflexions qui nourrissent la création de cette artiste porte sur « l’art d’être soi », ce parcours à la fois stimulant et exigeant, ou l’espoir est à conserver et la responsabilité de son bonheur à privilégier.

 

Par le langage de la peinture abstraite, elle choisit d’illustrer ces itinéraires qui permettent de définir notre propre paysage dans ses différentes couleurs, comme la vie, avec ses travers et ses beautés. Depuis plus de quinze ans, elle suit des cours privés et des séminaires intensifs pour perfectionner son art. Inscrite à l’UQAR dans le programme de deuxième cycle en « Étude de la pratique artistique », ce processus d’apprentissage lui permet de porter un regard intime sur sa démarche et de réfléchir aux enjeux de la création.

 

Marlène Ouellet

 

Habitée par les paysages qui habitent son enfance, les créations de cette artiste cherchent à rendre vivant son village natal en ranimant sa mémoire par le langage de la peinture abstraite. Sa réflexion est basée sur le témoignage de sa famille et d’habitants qui ont vécu heureux dans cet humble coin de terre, St-Octave-de-l’Avenir.

 

Son travail pictural est le résultat d’un geste spontané et intuitif. Les masses et les contrastes sont les éléments plastiques qui guident son exploration. Elle peint sans restriction ses émotions et souhaite susciter chez le regardeur un sentiment qui lui est propre.

 

Elle a acquis l’essentiel de sa formation dans des cours privés et elle est présentement inscrite au programme de deuxième cycle en étude de la pratique artistique de l’Université du Québec à Rimouski.

 

En janvier dernier, cette artiste s’est vu décerner le 3e prix du 19e concours d’œuvres d’art de Diffusion culturelle de Lévis.

 

– 30 –

.Exposition

juillet 25th, 2017 . magzadmin

FLASH COIFFURE

1176, avenue Cartier, Québec

Duo pour villes et fleurs

Flash Coiffure reçoit un duo d’artistes GALLANT et JEAN JACQUES HUDON

 

Jusqu’au 20 septembre 2017, Flash Coiffure sur l’avenue Cartier reçoit pour une première fois un duo d’artistes sur ses murs. Dans le cadre de l’exposition Duo pour villes et fleurs le public pourra voir les oeuvres récentes de Gallant et de Jean Jacques Hudon. Le public est convié à visiter l’exposition aux heures normales d’affaire du salon, du mardi au samedi.

 

Les artistes Gallant et Jean Jacques Hudon proposent aux clients du Flash Coiffure et au public qui se présenteront au réputé salon de coiffure pour voir l’exposition des oeuvres aux sujets urbains et floraux. Les univers des deux artistes se rejoignent à travers les compositions où ils accordent autant de valeur au graphisme par lequel arrive le mouvement, qu’à la couleur qui propose les atmosphères obtenues.

 

GALLANT

Autodidacte et passionné de peinture, petit à petit Gallant découvre lui-même les techniques utilisées pour créer ses œuvres. À force de recherches et d’essais, il a su donner à ses réalisations picturales toute l’intériorité souhaitée. La base de son travail est abstraite. S’en suit une réflexion sur les formes et les couleurs qui seront mises en valeurs par le graphisme qui définira les traces urbaines de ses compositions.

 

Gallant a tenu à ce jour cinq expositions individuelles et compte à son actif une quinzaine de participations à des événements collectifs et symposiums. Il est membre de la Société artistique et culturelle de Québec.

 

JEAN JACQUES HUDON

Le propos artistique de Jean Jacques Hudson s’oriente autour de plusieurs thèmes et les techniques employées varient selon l’objet de l’oeuvre : techniques mixtes, huile et/ou acrylique sur canevas, bois ou plus récemment sur plexiglass. Le graphisme qui est la base de son œuvre et qui intervient à plusieurs reprises dans ses étapes de travail, devient son écriture picturale et sa dernière collection est rehaussée de cette influence.

 

Jean Jacques Hudon consacre maintenant la majeure partie de son temps à son travail en atelier lui qui est maintenant retraité de l’enseignement des arts plastiques. Ayant à son actif huit expositions individuelles, de nombreuses expositions collectives et symposiums et plusieurs récompenses, Jean Jacques Hudon est aussi membre de la Société artistique et culturelle de Québec et de l’Institut des arts figuratifs.

 

Pour en apprendre davantage sur les deux artistes, voici quelques lien utiles :

http://www.offgalerie.com/gerald-gallant

http://www.lespacecontemporain.com/galerie-de-quebec/artiste/Gerald-GALLANT

http://www.offgalerie.com/jean-jacques-hudon

http://www.jeanjacqueshudon.net

– 30 –

.Exposition

Translate »